La rencontre entre Solidarité et Passion
La rencontre entre Solidarité et Passion

Renault 4L (1961-1992)

Renault aura mis treize ans à répliquer à la 2CV de Citroën par une création. Bourrée elle aussi d'astuces avec son hayon et son siège rabattable, la "4L" est une automobile profondément joyeuse.

"Je veux un volume", telle est l'idée que se fait Pierre Dreyfus, le PDG de Renault de sa future voiture populaire. Caméléon, la nouvelle Renault le sera pour jouer tous les rôles quon lui a imaginés. Moyen de transport la semaine, voiture de la famille le week-end, et utilitaire à presque tout faire 365 jours par an.

 

Pour cela, la Renault 4, au nom populaire de "4L", va jouer la carte de l'innovation, à commencer par son mode de traction aux roues avant. Sa forme à deux volumes surprend aussi, mais c'est à l'arrière qu'il faut aller chercher la vraie trouvailles des ingénieurs Renault avec cette cinquième porte allant du toit au plancher.

 

La 4L n'est plus une berline, mais pas tout à fait un break malgré une banquette arrière basculant vers l'avant, qui ajoute au sentiment d'espace intérieur, renforcé par une large surface vitrée.

 

Apparue en 1961, soit treize ans après son inspiratrice la 2CV, la R4 apporte un contenu tout aussi innovant et astucieux que sa glorieuse concurrente. Economique à souhait, elle va par exemple affranchir ses possesseurs de fréquents passages chez le garagiste avec son système de refroidissement sans entretien et la suppression des points de graissage.

 

La conception de ses suspensions à roues indépendantes à grand débattement et barres de torsion va aussi faire de la Renault 4 une vraie baroudeuse capable de franchir tous les obstacles. En revanche Renault n'avait pas jugé nécessaire de travailler l'esthétique et les performances.

 

En 1961, les acheteurs deveient se contenter d'un 747 cm3 de 26,5 chevaux et même, sur la R3, un modèle aujourd'hui oublié, d'un 403 cm3 de seulement 21 chevaux. La voiture avait d'autres défauts. "Rien ne l'arrête, pas même ses freins", ironisaient ses détracteurs. Cela ne l'empêcha pas de se vendre dans le monde entier.

 

Dépasser les 8 millions d'exemplaires produits et diffusés dans plus de cent pays après une longue vie de trente-cinq années n'a dès lors plus rien d'une surprise. De moins en moins chère à fabriquer, la 4L allait constituer pendant longtemps le seul fonds de commerce solide de Renault, qui connut de nombreux échecs par ailleurs. Et c'est à elle que l'ex Régie doit sa prospérité retrouvée des années 90 et 2000.

Contact HISTORAUTO

Nous joindre ? Très simple : utilisez le formulaire de la rubrique contact. Nous vous répondrons dans les meilleurs délais !